MAHABALIPURAM

 

Mahabalipuram photomontage

 

 

« Le village du grand sacrifice »

 

Mahabalipuram dont le nom signifie le village (puram) du grand (maha) sacrifice (bali) est situé à mi-distance entre Chennai (Madras) et Puducherry (Pondichery) sur le littoral du golfe de Bengale.
Au sortir de l’aéroport de Chennai, on s’empresse de rejoindre rapidement cette charmante cité par bus ou par taxi. Rétrospectivement on y serait bien restés trois jours plutôt que deux, tant on y a trouvé une diversité d’attractions dans une ambiance sereine et accueillante.

 

 » Les rivages du Golfe de Bengale »

De notre « Silver guesthouse », après un bon petit déjeuner continental, partons à la découverte du quartier et rejoignons par Othavadai street, en quinze minutes de marche, le bord de mer où les pêcheurs s’affairent déjà à replier et ramender les filets.

rivage mahabalipuram Beau spectacle sous le soleil levant faisant disparaître la brume matinale qui vers le sud enveloppe le
« shore temple »

 

« Trois sites archéologiques majeurs »

La richesse architecturale est une autre facette de la ville, avec trois sites retenus par l’Unesco, témoins de l’art dravidien de l’Inde du sud et de la culture tamoule.

 

Le temple du rivage ou « Temple Shore »

 

Il se dresse face à la mer, épargné par les ravages du tsunami de 2004 et protégé aujourd’hui par une digue.
Ce temple daté du 8è siècle est un haut lieu de visite par les Indiens.

 

Les « Five Rathas »

 

Au sud de la ville, un complexe archéologique forme une procession de cinq chars ou « Rathas », renvoyant chacun à une divinité du panthéon hindou.
L’originalité de ces temples tient au fait qu’ils ont été façonnés sur place dans d’énormes masses granitiques. Les chars sont encadrés par de somptueuses sculptures non moins imposantes comme celle d’un éléphant, d’un lion à la crinière bouclée, d’un nandi ou taureau.

 

eléphant

 

Sur le chemin ramenant à la ville, on traverse un quartier devenu un des grands centres spécialisés de l’Inde pour le travail de la pierre. Nous y avons rencontré un tailleur de pierre qui, ayant fréquenté le lycée français de Pondichéry, a pu nous parler de sa passion pour le travail du granite.

 

L’Arjuna Penance ou la Pénitence d’Arjuna

 

La colline de l’Arjuna’s Penance et la « Descente du Gange » est un musée archéologique à ciel ouvert s’étirant sur plus d’un kilomètre.Sur place, des dômes granitiques ont été travaillés pour faire naître des temples et gigantesques bas-reliefs dont celui racontant la naissance du Gange.

 

L’artiste a su exploiter habilement une fissure verticale de la roche pour y positionner le passage du fleuve entouré de centaines de personnages humains et d’animaux.

 

En entrant par le centre du site, le regard est vite attiré par une boule géante, sise dans une position qui suscite beaucoup d’interrogations !

 

Le « Krishna Butter Ball »,

une oeuvre multimillénaire de la nature

 

Scènes de  mariage au Temple

 

Alors que nous retournions une dernière fois admirer la colline de l’Arjuna à la lumière du matin, avant de prendre un bus en direction de Pondichery, nous avons eu l’opportunité d’assister dans le temple hindou de la ville à une cérémonie de mariage.

mariage hindou

Ce fut une féérie de saris colorés, de parfums et d’encens promettant le plus grand bonheur aux époux dans leurs magnifiques apparats.

 

 

 

 

 

Les mariés, leurs famille et les prêtres accueillaient favorablement la visée de nos objectifs. pretre

 

 

Nous rejoignons la guesthouse pour charger les sacs dans un tuc-tuc qui nous conduira au point d’arrêt du bus sur la route de Puducherry.

 

 

 

Retour aux étapes du circuit